Bonnes pratiques pour réussir la bonne mise à la reproduction de vos chèvres

Cela n’aura échapper à personne hélas, les jours rétrécissent ! C’est à cette période que la chèvre vient en chaleur et il est donc temps de préparer les saillies. Voici quelques bonnes pratiques à respecter autant que possible pour maximiser vos chances de réussites !
Dans le mois qui précède et le mois qui suit les saillies, il est recommandé d’éviter des opérations perturbantes telles que le curage, la vaccination, le déparasitage ou la taille des onglons.
Il est également important de veiller à ce que l’état corporel des chèvres lors de la mise à la reproduction ne soit ni excessif ni insuffisant. Veiller en parallèle à un bon apport minéral et vitaminique.
Si la préparation des chèvres est indispensable à une bonne réussite à la reproduction, celle des boucs ne l’est pas moins. Ainsi, afin d’assurer un bon « effet bouc » il est conseillé de les séparer des chèvres (ni vue, ni ouïe, ni odeur) 60 jours avant les saillies. Il faut par ailleurs veiller à ce que votre bouc soit actif, et prévoir un bouc pour 30 à 50 chèvres maximum.
Tout comme les chèvres, les boucs doivent avoir une alimentation équilibrée qui leur permettra d’assurer sans souci la saillie du troupeau.

Commentaires fermés.